Un goût amer et sucré comme le silence

 

Dans ce recueil, Marie-Hélène Ferrari donne forme au réceptacle de l’abandon, du désuet des situations quotidiennes, des instants à partager avec des personnages si communs et si tristes parfois. Ce ne sont pas des nouvelles où l’âme humaine triomphe,  juste des perles accrochées à la solitude de l’observatrice talentueuse qu’elle est !

Des nouvelles tendres et cruelles, où le monde, les hommes et les femmes, se disent comme ils sont.

Les textes évoquent le couple, la famille, le temps qui passe, des épreuves de la vie, banalités d'un quotidien transcendé par l'écriture.

En quelques tableaux doux et amers, elle conte tendrement nos désillusions, celles que l'on ose plus dire, touche au coeur par une fuite et rebondit dans la nouvelle suivante sur un tableau émouvant, ses dessins sont de séduisants contrepoints.

 

Témoignage d'une écriture féconde, cet ouvrage est séduisant.

Marie-Hélène Ferrari est une créative aux talents pluriels : dessin et musique sont aussi ses domaines d’expressions :

 

« L'écrit représente un tiers de ma vie quotidienne, je dessine, note sur un calepin, des poésies, aphorismes, réflexions, comme une lumière dans les yeux qui vacille, la brièveté du ressenti »…..« Je puise dans l'instantané parfois autobiographique, puis le destin

des personnages m'échappe au détour d'un mot, ou d'une ligne, en-

trant alors dans le pur domaine fictionnel. »