Historique (7)

Voici les 7 résultats

Trier par:
  • img-book
    Lire la suite
    Ajouter à la wishlist
    Athènes et le désastre de l’expédition de Sicile De: Frédéric BERTOCCHINI 18.90

    Athènes et le désastre de l’expédition de Sicile de 415 à 413 av. J.-C.
    “Armée, flotte, tout avait été anéanti et, de tous ceux qui étaient partis, bien peu rentrèrent chez eux”. Ces mots de l’historien Thucycide, contemporain de
    l’expédition de Sicile, font référence à l’événement majeur de la guerre du Péloponnèse (de -431 à -404), qui opposa la Ligue de Délos, conduite par Athènes,
    à la Confédération péloponnésienne dirigée par Sparte.

    Lire la suite
    Ajouter à la wishlist
  • img-book
    Ajouter au panier
    Ajouter à la wishlist
    L’histoire grecque de Thucydide, Jean-Baptiste GAIL, 1807 De: Olivier BATTISTINI 18.00

    Le but de Jean-Baptiste Gail est de faire découvrir un Thucydide connu seulement par un petit nombre de savants – c’est le sort de tout ce qui est grand, élevé et difficile. Son Histoire grecque de Thucydide est parue en 1807 (10 vol. in-4°). Cette édition papier vélin, avec « le luxe de grandes marges », résultat de quinze années de travail et de « sacrifices exorbitants » pour la collation des manuscrits, la gravure des specimen, les honoraires de ses lecteurs, a été tirée à un petit nombre d’exemplaires. Elle est dédiée à l’empereur de toutes les Russies.
    1807, année de la dédicace, est également l’année de l’entrevue de Tilsit, au cœur de la dialectique terre/mer dont Thucydide est l’inventeur. Elle est remarquable pour son intelligence particulière du texte, ses commentaires, ses notes supplémentaires, ses observations et ses remarques critiques diverses. Notre dessein est de dire l’importance de la traduction de Jean-Baptiste Gail, de mettre en lumière l’intérêt et la richesse de ses commentaires.

    Ajouter au panier
    Ajouter à la wishlist
  • img-book
    Ajouter au panier
    Ajouter à la wishlist
    Les saisons de la loi De: Olivier BATTISTINI 19.00

    Le logos est la source de l’intelligente lumière de Thucydide, de Platon ou d’Aristote, de l’arrangement de la physis, des premières questions sur l’être, du débat politique et institutionnel. Il dit la force frémissante de la vie chez Héraclite ou Empédocle, la présence belle et terrible des dieux.
    La parole politique, la vie sous l’empire des lois, sont mesure de l’homme libre.
    La guerre, par sa tension dialectique – volonté d’hégémonie et désir d’autonomie , révèle l’essence même de la cité, sa secrète harmonie. Elle est élément constitutif de la polis, à l’origine de son nomos, d’un ordre qui l’oppose à l’altérité absolue du barbare.
    Cette passion dévorante est signe d’une théologie et d’un éros du politique, d’une idée de la vertu et de la philosophie.
    Dans Les Saisons de la loi : l’aristeia du meilleur des Achéens, la cité historique se mirant dans la callipolis, les paradis persans d’Alexandre de Macédoine, le jardin d’Épicure, Plutarque, déjà entre deux mondes, avant Plotin et Marc Aurèle.

    Ajouter au panier
    Ajouter à la wishlist
  • img-book
    Ajouter au panier
    Ajouter à la wishlist
    Pour saluer Plutarque De: Olivier BATTISTINI 12.00

    À l’époque de Plutarque – les deux premiers siècles de l’ère chrétienne –, la polis a disparu en tant que puissance politique et militaire. Rome s’est emparé de l’imperium mundi. La cité grecque, en particulier Athènes, n’est plus qu’un ornement d’Empire, une «?Fondation?» ou une cité d’écoles renommées, caractérisée par les «?facilités pour l’étude grâce à l’abondance des livres et des conférences de toute sorte?». Plutarque a pris conscience du peu d’importance du jeu politique des cités grecques ne possédant plus qu’une indépendance illusoire à l’intérieur de l’Empire. Obéir aux Romains est bien une nécessité?: sur plus d’un vaincus est tombée la hache. Cela n’empêche pas Plutarque de célébrer le rétablissement de l’ordre dans le monde, les bienfaits de la pax romana.
    Mais «?la Grèce vaincue a conquis son farouche vainqueur?»
    Plutarque biographe et moraliste, comme ses contemporains historiens ou philosophes, est bien pris entre deux mondes, celui des Latins et celui des Grecs, le présent et le passé.
    Un monde a disparu, celui de Périclès ou d’Hadrien, où la véritable religion était le culte de la cité elle-même. Un autre dominé par la religion et une morale différente se fait jour, avec, d’une manière générale, la promesse de diverses formes de salut. Il est intéressant de voir comment Plutarque, qui ne parle jamais des Chrétiens, se situe dans cet univers particulièrement ambigu, aux limites extrêmes du monde antique.

    Ajouter au panier
    Ajouter à la wishlist
  • img-book
    Ajouter au panier
    Ajouter à la wishlist
    Thucydide l’Athénien, Le Poème de la force De: Olivier BATTISTINI 18.00

    La physionomie de Thucydide est pensive et en harmonie avec le caractère austère de ses écrits, un rythme grave et lent, une haute langue. Son style est difficile, sombre. Son art est extrême. Thucydide est le plus philosophe des historiens, « l’historien des politiques ». Il est aussi stratège. Il raconte le poème de la force qui courbe et soumet les hommes, brise leurs membres. Il dit les harangues des maîtres de la guerre et des conducteurs de peuple, les combats et le sang qui coule noir, les trières qui se brisent, tout ce que la guerre a d’effrayant, de tragiquement beau et d’essentiel pour dire la nature humaine dans l’univers de la cité, la terrible contrainte de la nécessité politique.
    La Guerre du Péloponnèse, œuvre de science et œuvre d’art, ne s’intéresse qu’à un seul événement, le conflit, au terme duquel les Péloponnésiens mettent fin à la thalassocratie des Athéniens. Thucydide y raconte la guerre, son histoire de l’impérialisme athénien, ascension, apogée et chute : un « bien à jamais précieux ». Son récit révèle, en effet, depuis le particulier, une vérité universelle et permanente. Des événements semblables, étant donné la nature des choses humaines, ne manqueront pas de se reproduire un jour. Thucydide est le fondateur de l’histoire politique.

    Ajouter au panier
    Ajouter à la wishlist
  • img-book
    Ajouter au panier
    Ajouter à la wishlist
    La fin du Black-out, Henri II de Guise De: Camille BARTOLI 9.00

    Le visage de ce malheureux était toujours caché par un masque, certains prétendront que ce dernier était de fer. Cette recherche fut longue, étalée sur plus de cinquante ans. Il en résulte des découvertes révélées dans cet ouvrage parmi lesquelles le lieu où fut inhumé le Masque de Fer, le black-out organisé pour que son nom ne soit jamais découvert et les éléments pour que soit réalisé le test ADN mettant fin au mystère.

    Ajouter au panier
    Ajouter à la wishlist
  • img-book
    Ajouter au panier
    Ajouter à la wishlist
    Napoléon De: Camille BARTOLI 9.00

    L’auteur nous brosse le portrait d’un Napoléon que l’on savait visionnaire, percevant les dangers qui guettaient l’Europe : la Prusse bien sûr, mais aussi la Russie et les nations émergentes comme les états-Unis. Sur l’échiquier du monde et les 150 prochaines années, la vision de Bonaparte est lumineuse, hélas juste, et il dessine ce que l’on connaîtra ensuite, les guerres du dix-neuvième et du vingtième siècle, dont cette horreur absolue qui fut le IIIe Reich. Cet engagement pour une Europe pacifiée collaborant pour développer le commerce et la démocratie est la base de la réflexion du Napoléon de l’île d’Elbe qui songe à revenir au premier plan.

    Ajouter au panier
    Ajouter à la wishlist